Contes, légendes et Histoire shuars

Publié le par Pierre

Pour les Shuars, le monde des rêves  est aussi réel que le monde réel (au sens ou un occidental l'entend). Ainsi, contes légendes, récits de rêves et Histoire du peuple Shuar sont intimement mélés. Voici quelques histoires, réelles ou pas (est-ce vraiment important ?) que nous ont racontées les Shuars au coin du feu.

AU-COIN-DU-FEU.JPG

L'oeil du diable :

Or il advint que dans la jungle, des chasseurs Shuars s'étaient préparés un bon repas. Ils partirent alors chasser, gardant leur nourriture pour le retour. Mais quand ils rentrèrent, toute la nourriture avait disparu.
Ils retentèrent la même action le lendemain, et le surlendemain. A chaque fois la nourriture disparaissait.
L'un d'entre eux se cacha alors dans un arbre surplombant l'endroit où se trouvait la nourriture. Les autres partirent l'air de rien. A leur retour, l'observateur caché dans l'arbre leur révèla que c'était le diable qui mangeait leur nourriture :
Il approchait, enlevait son oeil, s'en servait pour saler la nourriture et mangeait tout puis s'en allait.
Le jour suivant les chasseurs s'était cachés et attendaient le diable. Celui-ci arriva, enleva son oeil, sala la nourriture, mangea tout et s'endormi. Les Shuars lui volèrent alors son oeil.
Le diable voulu se venger, il entra dans un village et vola l'oeil d'une enfant. Il lui remplace par une petite graine rouge et noir très commune en Ecuateur (que les Shuars appèlent d'ailleurs oeil du diable). La fille, privée de son oeil, mourra.


Le géant de la caverne :


Il y avait un géant dans une caverne que tout le monde redoutait, mais un femme, plus curieuse que les autres, s'en approcha. Elle apprit à le connaitre et tomba amoureuse. La femme et le géant se marièrent.
Tout le monde craignait le géant parce qu'il ne paraissaitpas ouvrir la bouche pour manger. La femme, curieuse, se décidit à l'espionner du coin de l'oeil pendant les repas. En effet, la nourriture du géant semblait disparaitre petit à petit sans que le géant n'ouvrait la bouche. Mais la femme s'étaitt rendu compte que le géant amenait la nourriture à son dos.
Pendant la nuit, lorsque le géant dormait, la femme toucha le dos du géant. Elle sentit comme une bouche avec lèvres, dents et langue. A ce moment, le géant se réveilla, et la femme feint de dormir. Mais le géant avait compris, il devint très triste parce qu'il croyait que sa femme ne l'aimerait plus, alors il décida de partir très loin... Le géant est aujourd'hui considéré comme une divinité.

L'épopée du grand-père de Maria :

Un soir le grand-père de Maria s'était faché avec sa femme. Alors il choisi de quitter le village de nuit pour aller voir son autre femme qui habitait dans une petite cabane de l'autre coté d'une montagne. En chemin, il se sentit attrapé par des gens invisibles, des fantomes. Il s'arma d'une branche, se débattit dans tous les sens, ferma les yeux et continuant son chemin qu'il connaissait par coeur. Arrivé chez sa femme, celle-ci ne le crut pas. Pendant son sommeil, un fantome lui rendit visite, il n'avait qu'un bras et l'accusait de lui avoir coupé l'autre, mais qu'heureusement pour lui, sinon, les fantomes l'auraient tué.

Voila, ce sera tout pour ce soir les enfants, bonne nuit Nicolas, bonne nuit Pimprenelle.

AU-COIN-DU-FEU2.JPG

Publié dans Panorama de l'Equateur

Commenter cet article

Dany 22/08/2007 20:34

Pimprenelle aimerait des histoires un peu plus rigolotes