La communaute Tsuntsu

Publié le par Tous

Pourquoi sommes nous reste seulement trois jours a Tsuntsu?

Les deux soirs que nous avons passe a Tsunstsu, des visiteurs de communautes voisines sont passes voir la communaute. 
Le premier soir, il s'agissait de deux hommes qui vemaient aider a la construction de la maison de Manuel. Au moment ou tout le monde s'est mis a danser, on nous a prie de n'en rien faire pour ne pas les brusquer: ils auraient pu etre gene de nous voir danser avec les shuars... En fin de coñpte, apres quelques minutes, tout s'est arrange et on a tous passe une tres bonne soiree.
Le second soir, plusieurs shuars et le chef du conseil de communautes sont venus pour discuter avec Manuel. On nous a demande de nous eloigner le temps de la discussion. Francisco, Maria, Manuel et Blanca ont du argumenter en notre faveur pour expliquer que nous n'allions pas porter prejudice aux shuars. Apres 1h de discussion, tout le monde est alle danser et le chef du conseil a meme offert une lance a Chari pour son anniversaire!

Pour expliquer ce climat de mefiance vis a vis des etrangers:
 
Il y a quelques temps, deux italiens ont ete retrouves morts coupes en deux dans une riviere dans la foret equatorienne. Depuis, les communautes shuar ont peur d'accueillir des europeens pour leur securite mais aussi parce qu'il ne veulent pas avoir de problemes avec les autorites locales. Ils souhaitent garder la tranquilite que leur apporte leur habitat isole, ce que nous comprenons tout a fait. Dorenavant, pour accueillir des etrangers dans une communaute, il faut payer une autorisation a la Federation Shuar.
 
Les commumautes d'une regions sont representees par un conseil de communaute avec un president a sa tete, ainsi s'il y a un probleme qui intervient sur des europeens dans sont secteur, il est tres durement sanctionne. Ainsi pour le moment, la situation geopolitique entre l'Italie et l'Equateur nous empeche de rester plus longtemps.
 
Un  facteur de notre depart precoce est que la communaute de Tsuntsu ne compte que deux maisons et un preau car la maison de Manuel a ete detruite (ils sont en train de la reconstruire), ainsi pendant que nous etions a la communaute, les habitants nous ont laisse une de leur maison (ils ont beaucoup insiste) et ont dormi dehors sous le preau.

Enfin, le probleme majeur de notre passage est la convoitise que l'on cree entre les communautes. Certaines communautes voisines pensent que nous arrivons avec enormement d'argent ( par exemple de quoi installer internet dans la jungle?!),  ils s'imaginent que nous avons de l'ordre de 100 000 a 1 million de dollars!!!!
Ce qui est faux bien sur!

Francisco et Maria qui se sentent responsables de notre securite ne se sentaient pas tres a l'aise avec cette situation. C'est pourquoi ils ont prefere ecourte notre sejour( par rapport a l'annee derniere) et a l'avenir, nos passages aTsunstsu comme a Putuim sont largement compromis...
 

Publié dans Projets

Commenter cet article

Thierry 15/09/2008 02:45

Il est vrai que l'histoire des 2 italiens a fait énormément de tort et beaucoup de touristes n'osent malheureusement plus s'aventurer à la rencontre des différentes communautés qui voulaient bien nous acceuillir et spécialement celles des shuars. Il est risqué de partir avec n'importe quel "guide" rencontré dans la rue, il vaux mieux se faire inviter directement par le chef de la communauté ou un membre de sa famille directe, par expl. c'est "normalement" la mort assurée si un homme entre dans la propriété d'un Shuar sans qu'il soit là, mais que leur(s) femme(s) si !
p.s. un peu lugubre, les 2 italiens n'étaient pas découpés en 2 mais en 3, ils n'ont jamais retrouvé les têtes !!!